La gestion des talents

Le baromètre ANDRH-Fefaur-Cornerstone atteste qu’en France, la pratique de gestion des talents est réservée à certains hauts potentiels.
Si 71 % des 400 DRH interrogés considèrent « la gestion des talents comme critique pour la performance économique de l’entreprise », le constat de l’absence d’indicateurs spécifiques permettant de corréler la gestion des talents avec ladite performance s’impose.
Concrètement, les outils de gestion des talents sont la formation (75 %), le travail sur les carrières et la mobilité (75 %), les plans de succession (55 %)… La rémunération (43 %) ne vient qu’après et loin devant les réseaux sociaux (13,5 %).
La notion même de talent est identifiée à 86 % à celle de “potentiel”, lui-même principalement défini à 74 % comme “la capacité et la volonté d’évoluer” ou encore à 69 % par “la capacité à prendre un poste de direction”.Les compétences attendues d’un talent sont « l’engagement fort pour l’entreprise » (69 %) et « la performance opérationnelle » (68 %) et deux notions sont peu mises en avant par les entreprises dans leur définition : le management des collaborateurs (39 %) et l’esprit entrepreneurial (24 %)…

Partager sur :